Saltar navegación principal
Norma
IEC 61788-4:2011

IEC 61788-4:2011

Superconductivity - Part 4: Residual resistance ratio measurement - Residual resistance ratio of Nb-Ti composite superconductors

Supraconductivité - Partie 4: Mesure du rapport de résistance résiduelle - Rapport de résistance résiduelle des supraconducteurs composites de Nb-Ti

Fecha:
2011-07-11 /Anulada
Resumen (inglés):
IEC 61788-4:2011 covers a test method for the determination of the residual resistance ratio (RRR) of composite superconductors comprised of Nb-Ti filaments and Cu, Cu-Ni or Cu/Cu-Ni matrix. This method is intended for use with superconductors that have a monolithic structure with rectangular or round cross-section, RRR less than 350, and cross-sectional area less than 3 mm2. All measurements are done without an applied magnetic field. The method described in the body of this standard is the "reference" method and optional acquisition methods are outlined in Clause A.3. This third edition constitutes a technical revision which adds two new annexes: "Uncertainty considerations" (Annex B) and "Uncertainty evaluation in test method of RRR for NbTi" (Annex C). Copper is used as a matrix material in multifilamentary superconductors and works as an electrical shunt when the superconductivity is interrupted. It also contributes to recovery of the superconductivity by conducting heat generated in the superconductor to the surrounding coolant. The cryogenic-temperature resistivity of copper is an important quantity, which influences the stability of the superconductor. The residual resistance ratio is defined as a ratio of the resistance of the superconductor at room temperature to that just above the superconducting transition.
Resumen (francés):
La CEI 61788-4:2011 spécifie une méthode d'essai pour la détermination du rapport de résistance résiduelle (RRR) de supraconducteurs composites constitués de filaments de Nb-Ti et d'une matrice de Cu, Cu-Ni ou Cu/Cu-Ni. Cette méthode est destinée à être utilisée avec des supraconducteurs présentant une structure monolithique avec une section rectangulaire ou circulaire, un rapport RRR inférieur à 350 et une surface de section inférieure à 3 mm2. Toutes les mesures sont effectuées sans appliquer de champ magnétique. La méthode décrite dans le corps de texte de la présente norme est la méthode de "référence" et des méthodes d'acquisition facultatives sont présentées à l'Article A.3. Cette troisième édition constitue une révision technique qui ajoute deux nouvelles annexes: "Considérations relatives à l'incertitude" (Annexe B) et "Evaluation de l'incertitude de la méthode d'essai de RRR (rapport de résistance résiduelle) de NbTi" (Annexe C). Le cuivre est utilisé comme matériau de matrice dans les supraconducteurs multifilamentaires et fonctionne comme une dérivation électrique lorsque la supraconductivité est interrompue. Il contribue également à la reprise de la supraconductivité en dirigeant la chaleur générée dans le supraconducteur vers le fluide de refroidissement environnant. La résistivité à la température cryogénique du cuivre est une grandeur importante qui influe sur la stabilité du supraconducteur. Le rapport de résistance résiduelle est défini comme le rapport entre la résistance du supraconducteur à température ambiante et celle immédiatement supérieure à la transition supraconductrice.

Comprar en AENOR

Esta norma está disponible en:

Formato digital

Bilingüe